Productions Forever Index du Forum Productions Forever
films, CDs, livres, actualités - www.foreverprod.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Libye : une future catastrophe pour nous

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> actualités
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
lucas.said
Site Admin


Inscrit le: 22 Oct 2007
Messages: 60

MessagePosté le: Mar Mai 31, 2011 11:12 am    Sujet du message: Libye : une future catastrophe pour nous Répondre en citant

(voir aussi mises à jour 2011, 2012, 2014, à la suite de ce texte)

Pour avoir la réponse, il vous faudra lire tout l'article, hélas… Mais commençons par le début.

Quand un chien se conduit mal, il faut le sanctionner immédiatement ; si on le fait plusieurs années plus tard, il n'y comprend rien, évidemment, et ressent cela comme une injustice, surtout si depuis lors il a amélioré son comportement. C'est ce qui s'est passé avec Kadhafi.

Il y a 40 ans, la Libye se livrait au terrorisme, faisant plusieurs centaines de victimes lors des crashes d'avions dans le Sahara et à Lockerbie. Les USA, du coup, ont bombardé la maison de Kadhafi et ont tué sa fille, sans soulever la moindre objection… Ensuite, comme on ne pouvait se livrer à une guerre ouverte contre toute la Ligue Arabe, on s'est contenté de sanctions économiques contre la Libye.

Les années ont passé, et une autre forme de terrorisme est apparue, bien plus pernicieuse et meurtrière. Simultanément, Kadhafi s'est assagi ; non seulement il a renoncé aux actions terroristes, mais il a permis une enquête, a livré certains coupables, a présenté ses regrets et a indemnisé les victimes. Du coup, Kadhafi, pardonné, redevenait fréquentable, de même que son pétrole.

Il n'en restait pas moins que Kadhafi “agaçait” par son habitude de n'en faire qu'à sa tête, sans égards pour les “puissances” occidentales qui n'attendaient que l'occasion de prendre leur revanche et l'humilier après avoir été humiliés…

Le prétexte a été la répression, par Kadhafi, de personnes “manifestant pacifiquement”, en se livrant, en fait, à des razzias (terme arabe) sur les commerces d'électroménager et d'écrans plasma, dans la bonne vieille tradition arabe.

Puis, on a reproché à Kadhafi la répression contre des civils (?) que les images montraient dans leurs pick-ups, armés jusqu'aux dents, voire dans des chars… Comment ces faux civils pouvaient-ils penser que Kadhafi allait rester de marbre ? Et ils prirent la pâtée, décevant les espoirs des occidentaux… Ceux-ci, vexés, décidèrent de s'en mêler. Comme il leur fallait un prétexte, ils demandèrent à l'ONU de leur permettre de faire respecter une exclusion aérienne, pour empêcher le bombardement des villes rebelles.

C'est oublier, hélas, que la guerre c'est la guerre. Cherbourg, Caen, St-Lô, etc., ont été copieusement bombardées à cause des Allemands qui s'obstinaient à s'y abriter ; donc, des villes accueillant les rebelles devaient savoir à quoi s'attendre. L'exclusion aérienne permettait peut-être de rééquilibrer les forces…

Mais très vite l'Otan s'est affranchie des limitations qu'elle aurait dû respecter. Sous prétexte d'exclusion aérienne, l'Otan a lancé des (coûteux) missiles sur des chars, tuant des militaires qui ne faisaient que leur devoir. Puis ce fut le tour de bâtiments civils où il y avait une chance sur un million que Kadhafi s'y trouve. Puis, ce fut l'assassinat d'un fils de Kadhafi, et de ses malheureux petits enfants, par la toute-puissance (de feu) des USA et de la France coalisés : quel bel exploit !! A présent (fin mai 2011), pour empêcher Kadhafi, pourtant réduit à l'impuissance, de “tuer son peuple”, l'Otan préfère le faire elle-même par de “courageux” bombardements nocturnes sur les civils de Tripoli et à présent sur les villes du Sud, coupables de ne pas être pro-rebelles. Qui a parlé de crimes de guerre, voire contre l'humanité ?

Bref, il est manifeste que le but n'est plus de protéger des populations prises entre deux feux, mais bel et bien de participer à cette guerre civile en prenant fait et cause pour les insurgés “avides de démocratie”. Le fait que ces rebelles “démocrates” refusent tout scrutin… démocratique, aussi longtemps qu'ils ont un opposant, ne pose, curieusement, aucun état d'âme à l'Otan… Il est ainsi de plus en plus évident que les rebelles veulent simplement remplacer une dictature par la leur, avec la perspective d'une revanche bien sanglante, un véritable génocide contre les populations anciennement pro-Kadhafi, comme c'est déjà le cas dans les territoires qu'ils occupent à l'Est, atrocités devant lesquelles l'Otan préfère détourner le regard… Qui a parlé de complicité de crimes de guerre ?

Une solution de bon sens existe pourtant, comme celle que j'avais préconisée pour l'Irak il y a plusieurs années. Lorsque deux personnes n'arrivent pas à cohabiter, la solution consiste à les séparer (pas à tuer l'une !). Pour l'Irak, si on avait déterminé des territoires distincts pour les Chiites, les Sunnites, les Kurdes, combien de milliers de vies auraient pu être épargnées ?

Pour la Libye, on aurait pu faire une partition similaire entre l'Est et l'Ouest, après référendum, vu que Kadhafi conserve indéniablement de nombreux partisans, habitués depuis 40 ans à son régime et s'en étant accommodés, voir y ayant trouvé leur intérêt… Mais les rebelles refusent car ils veulent imposer leur propre dictature au pays entier.

A terme, Kadhafi ne pourra rien contre la puissance militaire de l'Otan. Ce sera alors la disparition du dernier Etat laïque d'Afrique du Nord.

Le résultat donne froid dans le dos. L'Egypte sera la proie des Frères Musulmans, et on y brûle déjà des églises ; l'Algérie se tourne de plus en plus vers l'extrémisme religieux : un obscur gouverneur de province vient d'y décréter la fermeture des églises protestantes de toute l'Algérie ; en Tunisie, l'incertitude est totale, faisant le jeu d'Al Qaida ; la Libye deviendra une république islamique, également lorgnée par Al Qaida vu la proximité centrale avec les « infidèles » de l'Europe ; le Maroc ne pourra guère résister à cette déferlante islamique, de gré ou de force, à coup d'attentats.

Bref, tout le Sud de l'Europe sera en première ligne devant une véritable muraille d'états islamistes agressifs, salivant à l'idée de se jeter sur les richesses de l'Europe, et au passage égorger tous ces sales infidèles, en une bonne guerre “sainte”. Déjà actuellement, ils se trouve des islamistes pour réclamer le retour du Sud de l'Espagne, « terre d'Islam », voire de l'Espagne entière, et même du Sud de la France jusqu'à Poitiers… Si un jour on retrouve la Vierge de la grotte de Massabielle affublée d'une burqa, il ne faudra pas s'étonner.

Comme on le voit, la politique actuelle de la France d'éliminer le dernier bastion laïque de l'Afrique du Nord est totalement irresponsable et d'un extrême danger pour les décennies à venir.

Ceux qui rigolent en douce, ce sont les Russes. On leur reproche la manière dont ils traitent le conflit avec les populations musulmanes à leurs frontières ; cela n'est pas fait pour leur déplaire que bientôt l'Europe aura à faire face à un conflit bien plus important avec sa propre région Sud, ce qui leur laissera les mains libres en Tchétchénie et consorts… D'où leur décision de ne pas aider Kadhafi, et puis de le lâcher. Maintenant vous comprenez pourquoi, à terme, cela les arrange que nous nous plantions cet énorme buisson d'épines dans le pied…

Fin novembre 2011, il faut que je revienne quelque peu sur ces notes de mai…

Tout d'abord, il est maintenant indéniable que le but de l'Otan et la France était bien de tuer Kadhafi… puisque les opérations ont cessé dès son meurtre ! Cela faisait longtemps que plus personne n'était dupe et que la “protection des civils” était un prétexte éculé, puisque la France bombardait les civils coupables de ne pas être du bon bord ; à Syrte, le CNT tirait sur la ville, à l'aveuglette, faisant un nombre très élevé de victimes ; normalement, la France, au nom de la « protection des civils » aurait dû s'y opposer par la force, et qu'a-t-elle fait ? Elle a bombardé elle-même les civils de Syrte, dont un hôpital et un immeuble de 800 appartements, sous prétexte que Kadhafi aurait pu s'y trouver…

Dans le droit français, on ne peut tirer sur un malfaiteur qui s'enfuit ; or, en Lybie, la France s'en prenait sans vergogne à des convois non militaires qui fuyaient les théâtres d'opération.

Tout cela était bafouer complètement la résolution de l'ONU. Cela valait bien la peine d'avoir des états d'âme lorsque les USA s'en sont pris à Saddam Hussein, et même d'aller servir de bouclier humain à un monstre ayant causé la mort de quatre millions de personnes !

La France a, de plus, cautionné les atrocités commises par le CNT contre tous ceux qui avaient la peau basanée, torturant à l'électricité des ouvriers du pétrole pour leur faire dire qu'ils étaient des mercenaires, les fouettant pour les “punir” (de quoi, et sans jugement ?). Tout ça était tellement “démocratique” que Human Right Watchers et le TPI ont estimé qu'aussi bien le CNT que l'OTAN étaient susceptibles de poursuites pour crimes contre l'humanité…

Et tout ça pour aider à instaurer une dictature islamique de plus ? Or, comme le constate la Cour européenne des droits de l'homme, dans un arrêt du 31 juillet 2001 Refah Partisi c. Turquie :

« À l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques. La Cour relève que, lues conjointement, les déclarations en question qui contiennent des références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout. Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses. »

Le général de Gaulle avait des vues à long terme, c'était un visionnaire ; hélas, ses successeurs ont eu des vues à très court terme ; ils ont apporté leur soutien aveugle à Khomeini, à Saddam Hussein, aux futurs talibans d'Afghanistan, avec le résultat épouvantable qu'on connaît. A présent, la France aide à constituer un gigantesque arc islamiste prenant en étau la « forteresse Europe ». Lorsque cette menace se précisera, les premières victimes de la peur ainsi engendrée seront les musulmans de France, considérés comme complices de la tenaille islamiste ; ils risquent de connaître le même sort que les Japonais vivant aux USA lors de l'attaque de Pearl Harbour…

Il est d'ailleurs révélateur que la Russie et la Chine, qui ont des problèmes avec leurs populations musulmanes, avaient bien compris que la dictature de Khadafi (forcément limitée dans le temps, vu son âge) risquait fort de céder la place à celle d'un Etat islamiste, bien plus durable. De même pour la Syrie. D'où leur peu d'empressement à intervenir dans la mise en place d'un tel Etat… La France n'y a vu que du feu, aveuglée par des sentiments personnels de vengeance contre Khadafi qui avait mis à mal leur amour-propre…

Lorsque la Libye sera devenue un état “de droit divin” grâce à la France (républicaine !), de même que la Tunisie, sans parler de l'Égypte où on brûle déjà des églises et on massacre des chrétiens, les réduisant en bouillie sous les chenilles des chars “démocratiques”, ce sera le tour de la Syrie à verser dans l'intégrisme (bien que la Russie et la Chine, vexés d'avoir été roulés dans la farine par l'Otan qui s'est tout permis en Libye, se font un plaisir de maintenir leur veto). Il y aura donc au Sud de l'Europe un gigantesque arc islamiste, allant de la Turquie au Maroc qui vient de se doter d'un gouvernement islamiste. Lorsque ces pays auront pris conscience de leur force potentielle, qu'est-ce qui les empêchera de se coaliser en une “guerre sainte” contre Israël ? Déjà en Égypte on remet en cause les accords de paix, tandis que le Premier Ministre turc fait le tour de ces Etats pour appeler à une coalisation contre Israël, qu'il menace de sa marine pour forcer le blocus.

Des voix s'élèvent même pour le retour de l'Espagne et du Sud de la France (jusqu'à Poitiers), terres d'islam, dans un Etat islamiste “historique”.

Les sentiments de reconnaissance, de la part d'Etats que la France a soutenus dans leur révolution, sont purement symboliques, comme déjà avec la Libye où l'on se contentera de quelques éphémères acclamations (+ embrasser le drapeau… américain) avant que le naturel ne revienne au galop. Il faut être conscient que les occidentaux sont, par définition, des « infidèles » qu'il faut convertir de force ou éliminer, comme à Tibhirine.

Et pourtant, une solution existait, une solution cartésienne, mais qui impliquait de savoir laisser ses sentiments personnels au vestiaire. Il aurait fallu s'accorder avec Seif al Islam pour fonder un parti laïc et républicain, après qu'il ait convaincu son père de prendre sa retraite. Cela avait aussi l'énorme avantage d'emporter l'adhésion des tribus du Sud, au lieu d'ouvrir une ère de combats, de représailles et d'attentats entre les villes et les tribus, déjà pour répartir les revenus du pétrole. Cela aurait évité le basculement dans un Etat où on lapidera les femmes lors de la mi-temps des rencontres sportives… On se demande alors ce que la France fait en Afghanistan, pour y combattre des talibans, alors qu'elle favorise leur futur équivalent en Libye. Voilà ce qui arrive lorsqu'on se laisse aveugler par un ressentiment auquel on sacrifie toute réflexion objective, allant jusqu'à assassiner sans regret un fils de Kadhafi et ses petits-enfants, dont aucun n'avait fait de politique, et se laissant manipuler par des islamistes qui ne s'en cachent même plus. Par exemple, alors qu'on nous serine que 110% de la population est anti-Kadhafi, on en appelle à la “réconciliation nationale”, ce qui prouve bien qu'on nous raconte n'importe quoi, comme d'habitude !

L'Histoire risque bien de condamner très sévèrement ceux qui, dans une totale inconscience, auront favorisé l'encerclement de l'Europe par des régimes au fanatisme qui deviendra de plus en plus dangereux, tandis que les USA, trop loin géographiquement, ne se sentiront pas concernés, comme en 1940. Là, nous comprendrons notre malheur.

Novembre 2012

Depuis que j'ai écrit ce qui précède, force est de constater que les "démocraties" arabes était une illusion de l'Occident. En Tunisie, c'est le retour à la dictature islamique, et des touristes en ont fait les frais. En Libye, ce sont les sanglantes luttes entre les factions religieuses ou ethniques, et le chaos économique. En Egypte, le président joue au pharaon tout puissant et les excès religieux font fuir les touristes.

Et la pauvre Syrie ? Aucun des deux adversaires n'est en mesure de remporter une victoire rapide. Les opposants ont fait la preuve, par des exécutions sommaires, des actes de torture même contre des Kurdes, qu'ils n'ont rien de démocratique, et en cas de victoire, les minorités religieuses, pourtant présentes depuis 2.000 ans, ont du souci à se faire.

Je suis consterné quand je vois Mr Hollande serrer des mains poisseuses de sang, et apporter sa caution à ces personnes complices des salafistes.

Dans tout ça, on oublie l'Iran. Si le régime syrien est en difficultés, je ne serais pas étonné que l'Iran propose son aide militaire, en passant par chez les Kurdes qui seront "libérés", au passage. Lorsque les armées de l'Iran auront anéanti l'opposition (à quel prix !) et nettoyé le pays, ils se retrouveront au pied du Golan, à un jet de pierre de l'ennemi héréditaire juif... Là, Mr Hollande comprendra sa méprise, ainsi que l'Occident, un peu tard...

Pourtant, un solution existait, qui ne faisait ni vainqueur ni vaincu, où Bachar serait même d'accord de partir de lui-même. Il suffisait de s'inspirer de l'exemple de l'Espagne à la mort de Franco. Ce dernier, pressentant que sa disparition risquait de rouvrir la guerre civile de jadis, a transformé sa dictature en monarchie constitutionnelle, avec un roi dont c'était le métier, un arbitre au-dessus des partis et des factions. Et ça a marché. En Jordanie, la stabilité existe pour les mêmes raisons.

Pour la Syrie, on aurait pu faire appel à un membre de la famille Pahlavi (Reda ?), pour en faire un monarque constitutionnel, ce qui entraînait de fait le départ de Bachar du pouvoir à court terme. Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu. Puis, on ferait des élections législatives, où tous les courants pouvaient participer (même Bachar !). On réformerait, bien sûr, la constitution, incluant une stricte liberté de religion ; aucune religion ne pourrait imposer ses règles aux membres d'une autre religion, seulement aux siens ; l'on pourrait librement changer de religion ; les châtiments corporels de certaines religions pourraient être conservés, en dehors des mutilations et exécutions.

Cela ferait de la Syrie l'Etat le plus attractif pour les touristes fuyant les autres pays arabes ; cela attirerait aussi les investisseurs et relancerait l'économie et la prospérité.

C'est loin d'être utopique : il suffit de passer un coup de téléphone en Egypte, à la famille Pahlavi... Dès le principe accepté par les deux camps, les combats perdraient toute utilité et tout sens, puisque aucun des deux camps ne pourrait s'approprier le pays. Il faudrait une amnistie réciproque, et le retour des réfugiés pour acclamer leur nouveau souverain, et participer aux élections législatives...

Août 2014.

En Lybie, comme je l'avais prévu, c'est le chaos le plus complet, et les occidentaux (qui avaient cru faire la bonne affaire commerciale en soutenant la révolution), quittent à toute vapeur le navire en perdition, perdant leurs dernières illusions.

Comme quoi, comme je le disais plus haut, avant de mettre fin à un régime, par la force, il faudrait se demander quel sera le genre de régime qui lui succédera... L'erreur commise avec Kadhafi devrait servir de leçon à ceux qui veulent la fin du régime syrien, alors qu'il sera probablement remplacé de gré ou de force par un califat extrémiste et encore plus sanglant, pour des décennies.

A propos de la Syrie, on reproche au régime d'attaquer son propre peuple ; par contre, quand Kiev s'en prend lui aussi à des civils, à son propre peuple, c'est avec la bénédiction des occidentaux (??). Le fait que Bachar et les rebelles ukrainiens soient soutenus par la Russie, joue manifestement un rôle dans la qualification de "bons" (Syrie) et "mauvais" (Ukraine) rebelles...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> actualités Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com