Productions Forever Index du Forum Productions Forever
films, CDs, livres, actualités - www.foreverprod.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Nos "chères" retraites...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> actualités
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
lucas.said
Site Admin


Inscrit le: 22 Oct 2007
Messages: 60

MessagePosté le: Dim Oct 31, 2010 7:15 pm    Sujet du message: Nos "chères" retraites... Répondre en citant

Voici le texte d'une suggetsion faite à Mr Sarkozy le 21 octobre dernier :

Monsieur le Président,


La situation n'allant pas en s'améliorant, et les parties campant sur leurs positions (à tort ou à raison), pour en sortir il faudrait accepter de parler franchement à la population, sans périphrases, et très concrètement, avec exemples précis. Au risque (réel) de perdre mon temps et de voir ce courrier finir à la poubelle ou de recevoir la lettre-type habituelle, je me permets de vous suggérer un exemple de discours à tenir à la population, même si le ton imagé vous surprendra :

« Mes chers concitoyens,

« Les sondages vous affirment que 70% de la population est contre la retraite à 62 ans ; ce n'est pas tout à fait exact : en fait 100% de la population, moi y compris, sommes contre ce recul social, et ce n'est pas l'envie qui me manque de défiler à vos côtés. Je rêve pour vous de maintenir la retraite à 60 ans, voire de la baisser à 55, à 50, ou à 40 ans ! Le seul problème, c'est commun financer cela… On nous reproche de “mépriser” l'opinion, mais il y a bien des cas où il n'est pas possible de suivre l'opinion : 100% d'entre nous sommes contre les impôts, mais peut-on s'en passer pour autant ?

« Si on ne fait rien, nous allons avoir de plus en plus de retraites à payer par de moins en moins d'actifs : nous aurons un gâteau de plus en plus petit à partager en de plus en plus de parts. Il ne faut pas sortir de Polytechnique pour comprendre que ces parts vont se réduire dramatiquement, comme en Suède où l'on vient de réduire toutes les retraites. Au lieu d'avoir une retraite de 1.000 €, nous n'aurons plus que 600, ou 500 €, voire moins. Que voulez-vous faire avec une retraite à 500 € ? Ceux qui ont la chance de ne pas être locataires vont avoir du mal à payer les taxes foncières et l'entretien de leur maison ; pour avoir de quoi manger, et de quoi payer des soins de santé augmentant avec l'âge, ils vont peut-être devoir revendre cette maison fruit d'une vie de travail. Pour les locataires, ce sera bien pire : incapables de payer des loyers normaux, pour un logement correct, ils vont devoir se rabattre sur des solutions de fortune, des mini-HLM de 15 m2, genre cages à lapin empilées les unes sur les autres, où ils devront croupir à partir de 60 ans, alors qu'ils sont encore en pleine forme.

« Voilà ce qui nous attend si, comme les gouvernements précédents, on ne fait rien.

« Pour financer les retraites, on pourrait augmenter les cotisations. Cela signifie que lorsqu'il y aura 1 retraité pour 2 actifs, il faudra prélever 33% aux actifs, en plus des autres prélèvements sociaux ; au lieu de vivre avec 1200 €, les actifs n'auront plus que 700 €, ce qui est catastrophique pour l'emploi : à quoi sert-il de fabriquer des produits que l'on ne sera plus capable d'acheter ? On se rabattra sur les produits chinois et nos entreprises n'auront plus qu'à fermer. C'est une solution à rejeter.

« On pourrait augmenter les cotisations des entreprises. Or, nos entreprises sont déjà très taxées, surtout par rapport aux pays concurrents. Pour 1.000 € de salaire, l'entreprise doit y ajouter 800 € de cotisations diverses ; nous n'avons pas les salaires les plus élevés au monde, mais bien les charges salariales les plus fortes ; cela est évidemment répercuté dans le prix des produits ou des services, qui perdent toute compétitivité : bienvenue aux T-shirts chinois et aux plombiers de l'Est ! Un débouché traditionnel était nos anciennes colonies, mais la fidélité de ces pays s'effondre devant les prix des produits chinois qui prennent à toute vitesse notre place en Afrique. Donc, infliger des nouvelles charges financières, très lourdes, aux entreprises, finira de leur enlever leur reste de compétitivité, et les entreprises n'auront plus le choix qu'entre fermer ou délocaliser, et au lieu d'avoir des rentrées fiscales supplémentaires, on n'aura plus rien ; on aura détruit bon nombre d'entreprises, augmenté le chômage, et pas du tout résolu le problème des retraites.

« Quelqu'un a alors eu une idée lumineuse : faisons payer les riches ! Tout d'abord, moralement, ce n'est pas défendable. Si je veux un ordinateur, une voiture, ou une maison, c'est moi qui paie, je n'ai pas à descendre dans les rues pour exiger que les riches me paient mon écran plasma. De même, celui qui veut une retraite, il faut qu'il la paye lui-même. C'est aussi une incroyable erreur de calcul. Si on prend 60 millions d'euros (somme considérable) à un riche, cela fera à peine 1 € pour chacun de nous ; cela va-t-il améliorer notre vie ? Ruiner un riche n'a jamais enrichi 60 millions de pauvres ! Si, comme le voudraient certains, on ruine les riches, on aura à peine de quoi payer quelques mois de retraite ; et après, on fait quoi ??? Sans compter que des anciens riches, ruinés ou contraints à l'exil en Belgique ou en Grande-Bretagne (avec leur entreprise…), ne rapportent plus rien, et c'est donc finalement pire qu'avant !

« Sanctionner et ruiner les riches, c'est également dramatique pour les pauvres. Pourquoi ? Parce que le seul véritable bien que possèdent les pauvres, c'est l'espoir, l'espoir d'un jour meilleur pour échapper à leur galère et vivre plus confortablement. Et que leur dit-on ? Que si un jour ils s'en sortent et deviennent riches, on organisera des “grands soirs” à répétition, à coups de taxes et d'impôts, pour les obliger à redevenir pauvres ! Enlever ainsi tout espoir aux pauvres, c'est particulièrement abject et injuste.

« Finalement, pour assurer des retraites correctes, il ne restait que la solution de prolonger la durée de la vie active. En Allemagne et en Grande-Bretagne, on vient de passer de 65 à 66 ans ; dans les autres pays voisins, c'est aussi 65 ans ou plus. Et nous ? Nous mettons le pays à feu et à sang parce que la retraite sera à seulement 62 ans ??? Et, de plus, nous ne travaillons que 35 heures par semaine au lieu de 40 à l'étranger, ce qui fait moins de recettes, à durée égale. Laurent Fabius avait raison quand il disait que la retraite à 62 ans ne suffirait pas : nous avions pris pour base le taux de croissance et le taux de chômage actuels, mais il ne faudrait pas, à coups de mouvements sociaux, faire fuir les clients de nos entreprises. Qui prendra le risque de commander un produit en France, pays perçu comme peu fiable, alors qu'il peut être assuré d'être fourni en Allemagne ? Quel armateur va encore risquer d'envoyer un pétrolier qui sera pris en otage dans la rade de Marseille ? Quand la raffinerie de Fos aura besoin de pétrole, qui sera assez fou pour lui en envoyer ? Nous avons réussi à sauver la raffinerie des Flandres, mais nous n'y pourrons rien si la raffinerie de Fos, faute de fournisseurs de pétrole échaudés par les pertes financières des grèves du port, délocalise en Espagne ou en Italie. Bref, si l'on s'obstine à saboter notre économie par des grèves politiques, à diminuer notre croissance et augmenter le chômage, cet âge de 62 ans ne pourra plus être maintenu.

« Je voudrais aussi vous parler de démocratie. En démocratie, le peuple élit ses représentants et les charge de la conduite du pays, dans le respect de la Constitution. Or, certains voudraient à présent que les décisions, au lieu d'être soumises au Conseil Constitutionnel, soient soumises au bon vouloir des éboueurs, du personnel des raffineries et des dépôts de carburant, qui mettront leur veto à tout ce qui ne leur plaît pas, et qui, lors des élections, pourront exiger qu'on recommence les votes jusqu'à la victoire du parti qui a leurs faveurs… Dans ce cas, il n'y a plus qu'à supprimer la Constitution, le Parlement, et les élections… Nous serons en dictature. Ou plutôt, nous serons dans l'anarchie, car, en plus des éboueurs et du personnel des raffineries, les dockers voudront leur part de pouvoir, et puis les transporteurs routiers, la SNCF, la RATP, les contrôleurs aériens, les agriculteurs, les enseignants, les médecins, les bouchers, les boulangers, sans oublier l'incontournable Ben Laden ! Voulons-nous vraiment que le pays soit soumis au chantage de ces personnes que nous n'avons pas élues ?

« Il faut aussi arrêter de croire que lorsqu'un gouvernement de droite est élu, la gauche peut descendre dans la rue pour demander son départ, et de même si la gauche arrive au pouvoir, la droite n'a pas non plus à descendre dans la rue pour exiger son départ. Si la tête du Président de la République ne plaît pas, on attend les élections suivantes pour “corriger” cela. Sauf si on est dans une république bananière !

« Pour terminer, je vous conseille de savoir résister aux manipulations de certains médias, qui, par goût du sensationnalisme, incitent à entrer dans le conflit des personnes qui n'y pensaient même pas, dans l'espoir de pouvoir filmer des “belles” scènes d'émeutes, des entreprises en faillite, des morts et des blessés. Un journaliste voulait absolument obtenir de Mr Coehn-Bendit l'assurance qu'on allait vers une “bonne” guerre civile du genre mai 68, mais Coehn-Bendit, lui, avait assez de personnalité pour ne pas se laisser manipuler, et a insisté sur le fait que ça n'avait rien à voir, malgré les supplications désespérées du journaliste. Lui qui sait qu'en Allemagne, on vient de passer aux 66 ans, il a reconnu qu'on ne couperait pas à une réforme en France non plus.

« Mais si vous préférez qu'on ne fasse rien, et que vous passiez votre fin de vie entassés dans vingt millions de cages à lapin, avec un revenu de misère, en faisant la queue ou en vous battant devant les poubelles des supermarchés et des pharmacies, je ne puis être d'accord. Ni pour vous, ni pour moi. »

Voilà un genre de communication, claire, complète, incisive, sans langue de bois, qui pourrait être faite à nos concitoyens, et qui pourrait à coup sûr engendrer une réflexion…

J'espère que ce texte vous sera transmis. Ce qui m'a aidé à le rédiger c'est que, même si actuellement je suis un cinéaste reconnu et primé dans le monde entier (détails à votre disposition), je me suis retrouvé, jadis, à devoir vivre avec 20 Fr (3 €) par jour…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> actualités Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com