Productions Forever Index du Forum Productions Forever
films, CDs, livres, actualités - www.foreverprod.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Charlie ou pas Charlie ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> Charlie ou pas Charlie ?
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
lucas.said
Site Admin


Inscrit le: 22 Oct 2007
Messages: 60

MessagePosté le: Sam Jan 31, 2015 1:19 pm    Sujet du message: Charlie ou pas Charlie ? Répondre en citant

Charlie ou pas Charlie ?

A l'époque de la fondation de Hara Kiri, qui se définissait en sous-titre comme « journal bête et méchant », j'étais étudiant, et le fait qu'il existe une publication irrévérencieuse, qui se permettait tout ce que nous n'osions pas, ce n'était pas fait pour nous déplaire, nous qui nous contentions de “croquer” nos profs et autres autorités.

Puis, Charlie Hebdo a pris la relève, souvent de façon plus mesurée (ce qu'on oublie), mais davantage porté sur l'anticléricalisme, ce qui rencontrait un indéniable succès auprès des libres-penseurs, mais c'était leur droit, et ceux qui n'aimaient pas ça n'étaient pas obligés de le lire.

Cependant, mon goût de l'irrévérence a été mis à mal par un incident tout personnel.

Le fameux dessinateur Morris (Lucky Luke) avait accepté de participer à une fête scolaire, pour apporter des fonds à cette école ; il faisait des caricatures payantes de grands et petits qui le souhaitaient.

C'est ainsi que moi aussi, j'ai eu ma caricature, soigneusement conservée depuis plus de 50 ans. Une (vraie) caricature part toujours de la réalité et puis en exagère certaines caractéristiques physiques ou autres. Je dois avouer que Morris ne m'avait pas “raté”, et mes parents avaient dû me rassurer sur le fait que je n'étais pas réellement “comme ça”.

Comme quoi il peut être marrant de dessiner des caricatures, marrant de les regarder, mais moins marrant d'en être le sujet… Cela m'amena à moins apprécier certains dessins comme un dignitaire religieux les fesses à l'air avec une plume (ou autre chose) dans le derrière, ce qui n'apporte rien de bien constructif.

Je ne devais pas être le seul car le nombre de lecteurs de Charlie Hebdo décroissait d'année en année, surtout avec la survenue de « la crise », où il fallait réserver son argent pour des choses plus basiques et primordiales.

Puis survint l'épisode des caricatures danoises, reprises par Charle Hebdo. Là, il y avait “comme un problème” de logique ; une caricature doit toujours partir d'une réalité pour ensuite la déformer ou l'exagérer ; or, représenter Mahomet avec une bombe dans son turban, cela revenait à dire que Mahomet était l'instigateur de ces violences, ce qui « n'était pas prouvé » comme on dit en termes juridiques. Et on mit la planète à feu et à sang…

Puis, on crut bien faire en rectifiant le tir, par un Mahomet qui dit : “c'est dur d'être aimé par des cons”, ce qui était à nouveau une erreur de logique : tous les musulmans n'étaient pas des sanglants terroristes et ils se sont sentis englobés dans le terme “cons” puisqu'ils faisaient partie de ceux qui aimaient le Prophète. Il aurait mieux valu dire : “c'est dur d'être aimé par ceux qui font les cons en mon nom”, ou quelque chose du même genre, ce qui levait la regrettable confusion.

Puis, il y a eu les drames de janvier 2015. Et on a pu entendre les terroristes s'exclamer “on a vengé le prophète Mohamed”, comme si l'archange Gabriel leur était apparu et leur avait donné huit jours pour assassiner tout le personnel de Charlie Hebdo, pour revenger le Prophète incapable de le faire lui-même, ou de demander des explications le jour où il rencontrerait les auteurs…

Dans la foulée, on s'en prit aussi à des Juifs. Comme c'était commode !

Lors du numéro de Charlie Hebdo qui a suivi le massacre, il était logique que les journalistes, au nom des leurs morts pour la liberté d'expression, refusent de se laisser intimider et renoncent à une nouvelle caricature du Prophète.

On a pu voir Luz, encore sous le coup de l'émotion, se déclarer très satisfait de son dessin et du texte “tout est pardonné”, qui, en fait, était incompréhensible. J'ai envoyé un e-mail à Libération où se trouvait la rédaction de Charlie Hebdo :

~ ~ ~

POUR CHARLIE HEBDO - URGENT

La phrase “Tout est pardonné”, sur la une de Charlie Hebdo d'hier pose un problème de compréhension. Cela peut signifier que, maintenant que les terroristes sont morts, on leur pardonne ; ou bien (pire) maintenant que les journalistes ont été exécutés, leurs fautes, passibles de la peine de mort, sont pardonnées… Il y a donc un vrai problème.

Permettez-moi alors une suggestion : remplacer cette phrase par “Je ne veux pas ça”, en rouge et avec la police Matterofact :

JE NE VEUX PAS CA !

Pour les pays musulmans, il y aura comme du flottement… En effet, s'ils sont opposés à cette une, ils sont opposés à “je ne veux pas ça”, donc ils sont partisans de “je veux ça”, bref, ils seront piégés, ne croyez-vous pas ?

Pour la semaine suivante, vous pourriez montrer d'un côté un amoncellement de cadavres genre Dachau et de l'autre côté un pick-up siglé « Boko Haram » avec des occupants hilares, et le Prophète qui, en colère, clame la même phrase : JE NE VEUX PAS CA !

Le numéro suivant pourrait montrer un otage à genoux, vêtu d'orange, sans tête, avec son bourreau hilare à côté de lui ; le Prophète tiendrait la tête entre ses mains et, furieux, clamerait à nouveau : JE NE VEUX PAS CA !

Cette phrase pourrait devenir le nouveau slogan sur pancartes et T-shirts pour tous ceux qui en ont marre de ces massacres. Et on ne pourrait plus reprocher à Charlie Hebdo de ne jamais avoir fait quelque chose de constructif…

Qu'en pensez-vous ? Pourriez-vous en parler d'urgence à Luz ?

~ ~ ~

Il n'y eut jamais de réponse…

Ce nouvel exemplaire de Charlie Hebdo suscita les réactions violentes que vous connaissez. Sans la moindre logique, on brûla des dizaines d'églises chrétiennes, alors que la religion chrétienne a depuis toujours été la principale “victime” des caricatures, bien plus que la religion musulmane !

Dans le foulée, je me suis adressé au Président Hollande, au Premier Ministre, et aux Ministres de la Justice et de l'Education, pour leur rappeler que notre grand film “Teenagers” est reconnu comme de nature à dissuader les jeunes de verser dans le terrorisme :

~ ~ ~

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres,

Vingt morts en trois jours, aurait-on pu éviter cela ? La réponse est « oui », hélas.

Notre Association aurait-elle pu contribuer à éviter ces drames ? Oui, assurément.

Mais cela nous a été interdit…

Je m'explique.

Les jeunes qui se radicalisent ne sont plus du tout réceptifs au moindre message (positif) venant d'adultes, y compris d'imams. Si d'autre jeunes tentent de les raisonner directement, ces jeunes sont perçus comme des « traîtres ».

Que reste-t-il alors comme moyen de faire réfléchir ces jeunes qui partent à la dérive ? Il reste l'audiovisuel, non imposé, un film librement choisi, reprenant des faits réels forts vécus par des jeunes, adressant ainsi un message fort à d'autres jeunes, que ceux-ci sont libres d'accepter ou de rejeter, ou au moins d'en discuter entre eux.

Or, ce genre de film-choc existe, c'est notre long métrage “Teenagers” (2 h 45, en trois parties), reconstitution de faits réels de 1983, 1998 et de nos jours. Dans la partie 1, c'est l'incroyable histoire d'affection entre un jeune Français blond et chrétien, et un petit Algérien brun et musulman ; leur fin dramatique causée par le GIA en 1998, est de nature à dégoûter les jeunes du jihad, c'est une gifle monumentale à tous les extrémismes sanglants de notre planète. Dans la partie 3, le message, très convaincant, est également de nature à dissuader ces mêmes jeunes.

Imaginez un instant que ce soit un jeune Algérien de 14 ans qui se soit présenté à la salle de rédaction de Charlie Hebdo ; imaginez qu'il ait dit à Cabu que s'il ne le tuait pas, c'est lui et toute sa famille en Algérie qui seraient tués ; imaginez que Cabu, alors, pour préserver la vie de ce jeune Algérien, ait accepté d'être exécuté ; ne lui aurait-on pas élevé des monuments partout en France, voire dans le monde ? Son sacrifice n'aurait-il pas servi d'exemple contre toute la haine du monde ?

Or c'est ce qui est arrivé avec Lucas et le petit Saïd chargé de l'exécuter ; à part que Saïd est mort deux minutes après Lucas, d'une défaillance cardiaque due au chagrin d'avoir dû tuer le seul être au monde qui avait de l'affection pour lui. La différence aussi, c'est qu'en France, tous les adultes “bien pensants” vitupèrent contre cette affection hors normes, et contre ce pavé dans l'océan du “mal vivre ensemble”. Pour preuve les appels anonymes reçus, et les dégradations à ma voiture…

Si Mohamed Merah avait pu voir ce film dans un cinéma de Toulouse, huit morts auraient pu être évitées ; si Ben Laden avait pu voir ce film sur la petite TV de sa cachette, il aurait reçu le choc de sa vie. De même pour les auteurs des crimes de ces derniers jours, ce film aurait au moins pu les faire réfléchir.

En octobre dernier, le film a été invité à Harare, au festival du Zimbabwe, précisément grâce à ses messages persuasifs contre les deux fléaux moraux de l'Afrique : le jihad et l'homophobie.

Trois semaines plus tard, c'est l'Université de Lincoln (16.000 étudiants, Grande-Bretagne), qui a fait de ce film le point d'orgue de leur festival annuel, préféré à tous les films anglais, aussi de par ses messages positifs, avec interview par la TV de l'université.

Madame Florence Aubenas, jadis otage au Liban, estimait qu'il faudrait projeter ce film dans les prisons, contre la radicalisation,… ou avant que les jeunes ne s'y retrouvent.

Ce film est aussi très efficace dans un autre drame chez nos jeunes : le suicide. Dans la partie 2, on voit comment le petit Lucas (12 ans) fait face avec courage et humour aux brimades d'un plus grand, exemple qui aurait pu inspirer le jeune de 13 ans qui s'est pendu à cause de moqueries concernant ses cheveux roux.

Enfin, ce film offre un sens très crédible à la vie pour les jeunes qui n'y croient plus.

Or, cette histoire d'affection entre jeunes de nationalité, race et religion différentes, fait hurler aussi bien dans chaumières que palais, aussi bien de gauche que de droite, avec de violentes réactions homophobes, même s'il n'est pas question de relations sexuelles dans le film.

Le film, qui a pourtant accumulé les prix prestigieux en festivals, surtout aux USA (voir en annexe), a fait l'objet d'une telle diffamation homophobe en France, que les distributeurs ou diffuseurs, paniqués, n'ont même pas voulu le visionner, oubliant qu'ils ont aussi des obligations sociales, qu'on pourrait leur rappeler à l'occasion ; il suffirait que des personnalités aussi éminentes que vous les invitent par exemple à une projection dans la salle sous le jardin d'hiver de l'Elysée, ce qui les flattera, et ils n'oseront pas refuser.

Quand Mr Hollande a été élu Président, j'étais plein d'espoir. Je lui ai envoyé le dossier du film, à huit reprises (!!), avec hélas comme toute réponse un silence méprisant… Le ministère de la Culture va débloquer un million d'euros pour soutenir Charlie Hebdo, mais en quoi cela dissuadera-t-il de futurs illuminés ? Avec un centième de cette somme, mon association pourrait organiser nombre de projections pour les jeunes ; mais le Ministère de la Culture n'a même pas accepté de fournir les 1.300 ¤ pour que je puisse me rendre au Zimbabwe pour y discuter avec les jeunes comme j'ai pu le faire à l'université de Lincoln, ni de me rembourser les 240 ¤ de TGV pour un rendez-vous que le Ministère a finalement annulé sans explication…

Or, tout comme la plume est plus forte que la kalachnikov, un film de jeunes pour des jeunes peut être plus efficace que n'importe quel déploiement de forces de l'ordre. Alors, pourquoi prendre le risque de s'en priver ?

C'est à vous, les plus éminentes personnalités de la République, de voir si, dans les circonstances dramatiques actuelles (et futures, hélas) vous pouvez vraiment vous offrir le LUXE de vous passer de l'aide manifeste que ce film peut apporter à notre société, voire au monde.

Mais il ne faut pas trop traîner : vu l'action anti-jihad de mon association, je figurerai bientôt en bonne place dans la liste des personnes à éliminer, et je n'ai ni porte blindée ni protection policière, au contraire : l'accès à la tombe de Lucas et Saïd, ici, est ouvert au public, et je sais comment ça finira inévitablement. Mon cercueil est d'ailleurs prêt dans la même tombe.

Restant bien à votre disposition, je souhaite, à l'élite que vous êtes, d'avoir assez de pragmatisme pour accepter une aide qui ne vient pas forcément de votre cercle. Au moins, moi, j'aurai fait ce que j'ai pu ; j'espère qu'un jour vous pourrez en dire autant…

Film visible sur http://teenagers.filmbinder.com.

~ ~ ~

Il n'y eut aucune réponse…

J'ai envoyé le même genre de lettre aux mairies de villes ayant eu des “problèmes” : à Lunel et à Grigny, pour proposer des projections, avec débat, sans la moindre réaction…

Par contre, notre site, visiblement dérangeant pour les jihadistes, a figuré par ceux victimes de cyber-attaques, et a été bloqué pendant des heures.

Il faut aussi évoquer un autre manque de logique. Quand on a assassiné 132 enfants dans une école pakistanaise, personne n'a organisé de marche républicaine avec plein de chefs d'Etat. La même semaine du 7 janvier, Boko Haram rasait une importante ville du Nigeria, faisant entre 2.000 et 3.000 morts ; personne n'a organisé de marche républicaine avec plein de chefs d'Etat…

Alors, deux poids, deux mesures ?

Message à méditer et à diffuser...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> Charlie ou pas Charlie ? Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com