Productions Forever Index du Forum Productions Forever
films, CDs, livres, actualités - www.foreverprod.net
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

suicide des enfants : à qui la faute, et solutions

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> actualités
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
lucas.said
Site Admin


Inscrit le: 22 Oct 2007
Messages: 60

MessagePosté le: Sam Jan 29, 2011 10:59 am    Sujet du message: suicide des enfants : à qui la faute, et solutions Répondre en citant

Un enfant de 11 ans s'est pendu car il se sentait “trop seul”, c'est à dire rejeté. Du coup, on a offert une “aide psychologique” à ceux qui l'ont poussé au désespoir ! Incroyable !

Dans les réactions sur Internet, chacun y allait de son couplet hypocrite sur les “enseignants défaillants”, sur les “parents débordés”. Mais pas un mot sur la cruauté invraisemblable des enfants entre eux, qui font payer extrêmement cher la moindre “différence” : une couleur de cheveux, d'yeux, de peau, une taille ou une corpulence sortant de “leur” norme, des habits ou des effets scolaires pas de la “bonne” marque pour être admis, une intelligence hors de la moyenne (en plus ou en moins), des goûts un peu plus raffinés, etc., et c'est l'exclusion définitive, brutale, sans appel. Sans parler des rackets entre jeunes, faisant perdre toute estime de soi à la victime et la poussant au suicide.

Certains, la main sur leur cœur de Tartufe, regrettent et nous reprochent un manque d'affection envers ce genre d'enfant plus sensible. Quelle ignorance de la réalité ! Ne savent-ils pas qu'il est dorénavant strictement interdit d'avoir le moindre zeste d'affection pour un enfant ? Qu'on nous (et leur) assène depuis des années que cela conduit “immanquablement” à une agression sexuelle ? Si un de ces enseignants qu'on critique si facilement avait fait preuve du plus minime intérêt pour cet pauvre enfant, je ne donnais pas un mois pour qu'on l'embastille ou qu'on l'oblige à sauter lui-même par la fenêtre de l'étage de son établissement ! Si une collégienne en mal de vivre veut en toucher deux mots à un professeur, ce dernier a intérêt à prendre aussi sec ses jambes à son cou, ou du moins à rameuter une douzaine de témoins pour assister à la conversation et attester qu'il n'a pas sauté comme une bête sur la dite collégienne…

Et c'est bien là le drame : les enfants, contrairement à jadis, n'ont plus personne à qui se confier.

S'ils ont une amie, cela leur attire aussitôt les quolibets jaloux des autres. S'ils ont un bon copain, ce sont les insultes et les coups. C'en est fini des ami(e)s intimes à qui on pouvait tout confier et qui ont évité bien des drames. La seule chose autorisée et admise entre jeunes, c'est le sexe bestial, de préférence sans sentiment. Beau progrès !

L'enfant ne peut pas non plus s'adresser à ses parents, souvent à la source de son mal d'être, et dont il craint qu'ils ne se servent un jour de ses confidences comme arme contre lui.

Comme on lui a présenté 100% des adultes comme des obsédés sexuels amateurs de chair fraîche, il ne peut plus se tourner vers l'un d'eux, surtout que l'adulte, pour ne pas voir aussitôt les gendarmes venir fouiller son ordinateur, se contraint à être malgré lui le plus distant possible avec ce genre d'enfant “à problème”.

Les « professionnels » ne sont pas non plus une panacée. L'infirmière de l'école est débordée et n'est pas disponible pour une écoute prolongée. Les psys traînent avec eux des rébarbatifs relents d'hôpital, et nombre d'entre eux ont fait ces études pour résoudre d'abord leurs propres problèmes, qui continuent à influencer leur attitude envers les problèmes des autres ; ils peuvent à la limite aider des adultes, mais beaucoup moins des enfants à la sensibilité exacerbée et qui se replient aussitôt sur eux-mêmes dès qu'ils décèlent la moindre petite bizarrerie chez le psy.

Dur, dur, d'être un enfant “différent” à notre époque hypocrite, sans cœur et sans logique.

Finalement, il resterait l'aide anonyme, par téléphone ou par Internet. Le risque, avec le téléphone, c'est aussi de tomber sur quelqu'un qui est débordé d'appels, qui ne peut pas prendre plusieurs heures avec un jeune, ou qui n'a le sens de la répartie qu'avec deux jours de retard…

C'est pour cela, en fin de compte, qu'une Association comme la nôtre (Les Ami(e)s de Lucas et Saïd, en souvenir de ces jeunes), où tout se passe selon le rythme choisi par l'enfant, peut être très efficace, même sans le savoir, via notre site http://www.lucas-said.net/. Il n'est même pas indispensable de nous contacter par e-mail ; la simple consultation des dizaines de pages de notre site, où l'enfant peut prendre tout son temps, où il peut trouver des textes, un livre en ligne, des chants, des films, etc., peut lui apporter réflexion et réconfort. Rien que le texte du jeune Lucas sur le suicide, sur http://www.lucas-said.net/suicide.htm, sauve deux à trois vies par jour.

Dans les films “Teenagers” et “Un Matin d'Espérance”, la méthode utilisée par le jeune Alexis pour dissuader son copain Brieuc de se suicider, est même à présent en usage quotidien dans des centres anti-suicide belges suite au passage du film au festival médical de Liège.

Si la consultation des nombreux éléments du site ne suffit pas, on peut aussi nous contacter par e-mail lucas.said@free.fr. Dans les cas graves, un accueil et un séjour personnalisés d'urgence sont possibles en Ardèche, en pleine nature, coupant le jeune ou l'enfant du contexte morbide où il vit, ce qui lui permet de faire le point au calme, relativiser ses problèmes et reprendre espoir, même si le confort est assez réduit.

La seule chose qu'il nous est, hélas, pas possible actuellement, c'est apporter une aide financière à un jeune dont ce serait le problème, comme pour une pauvre Canadienne qui s'est suicidée à 13 ans parce qu'elle ne pouvait s'offrir les mêmes vêtements de marque que ses copines. Avec nos 81.000 € de dettes, que j'aurai fini de rembourser vers l'âge de 115 ans (!), nous ne pouvons pas, hélas, aider dans le domaine financier…

Comme je suis très peu compétent dans l'usage des groupes sociaux, n'hésitez pas à transmettre ce message tous azimuts sur ces groupes si vous y avez accès et si vous l'estimez utile.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Productions Forever Index du Forum -> actualités Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com